Le blog

Émotions du cœur

Donner l’espoir. En participant à cette mission humanitaire, j’ai souhaité œuvrer moi aussi pour une vie meilleure : celle des enfants victimes de la destinée d’un pays : le Cambodge.
Octroyer son temps. Etre bénévole, mettre sa vie entre parenthèses, pour accomplir l’espace de quelques jours, une belle action envers les plus démunis, les plus petits, les orphelins, les oubliés des déchetteries…
Créer le bonheur. Transformer le quotidien de ces enfants. Leur révéler le potentiel enfoui au plus profond d’eux même, raviver la flamme et leur redonner force et confiance, afin de grandir en harmonie et d’être heureux.
Ouvrir ses mains. Passer des mains qui se posent aux mains qui touchent, aux mains qui perçoivent, pour arriver aux mains qui communiquent…bien au-delà des mots et des maux…
Sourire. Sourires partagés, sourires accueillants, sourires bienfaisants, sourires reconnaissants, sourires complices des enfants et des thérapeutes, illuminant le visage de tout un chacun.
Toucher sans bruit. Approcher à « mains feutrées » pour ne pas déranger ni heurter davantage les corps meurtris, les cœurs blessés, les âmes perdues. Rester à l’écoute et attendre le « corps-accord », la rencontre implicite.
Eveiller l’esprit. Eveiller les consciences, les leurs, les nôtres, les vôtres, pour comprendre le monde et continuer
d’avancer ensemble dans un élan commun, vers plus de sérénité.
Offrir son cœur. Soigner avec Amour, laissant l’égo de côté. Faire place à la symbiose, à ce lien étroit entre patient et thérapeute. La perception étant un ressenti à double sens : quand nous percevons, nous sommes également perçus. Alors il est bon d’agir avec le cœur.
Contempler la beauté. Elle se découvre une fois atteint l’état de silence et d’immobilité, au plus profond de l’être. Elle imprègne l’ensemble du corps, l’espace autour… Elle est source de paix et de bonheur pour ceux qui la contactent.
Aimer la vie. Faire en sorte qu’elle diffuse et inonde chaque cellule et lui redonne son potentiel d’origine. Connecter les rythmes embryonnaires pour y puiser l’énergie de Vie et la diffuser, la faire rayonner.
Magnifier l’existence. Depuis toutes ces années Patrick, pas à pas, je pense que tu as réussi à rendre non seulement, plus belle l’existence de bien de ces enfants, mais aussi plus beau l’exercice de notre métier. Et pour tout cela, je voudrai te dire un grand MERCI !
Je finirai par un « haïku » personnel (poème japonais très court mais menant à la réflexion) :

docOSTEOcam…
De la profondeur du corps…
Aux confins de l’âme…

ut id, mattis Donec pulvinar venenatis, nec felis dolor. quis justo sem,