Le blog

Fin de mission au Cambodge – Nov 2019

Il est difficile de trouver les bons mots pour raconter, expliquer ce que j’y ai vu, senti, appris, entendu, ressenti, vécu…
Je rentre d’une aventure humaine et professionnelle juste incroyable où je pourrai écrire des lignes et des lignes sur ses enfants, sur les sessions de soin magique que j’ai vécu -seule ou en groupe, sur cette équipe justement si exceptionnelle avec des personnes si généreuses, si compétentes et passionnantes que j’aimerais tous les garder près de moi et vous les présenter un à un.
J’ai été particulièrement admirative de l’engagement et du travail des responsables de Docosteocam mais également des responsables cambodgiens des orphelinats, des associations, des centres où nous avons été… Ce sont des personnes formidables qui permettent de réellement comprendre le mot « générosité ».
Je pourrai aussi dire qu’émotionnellement cela n’a pas toujours évident : être confrontée à la misère, la souffrance, la tristesse, la colère, la douleur de ses jeunes enfants et adolescents est marquante, rageante, dérangeante. L’injustice de ce monde est violente mais surtout belle et bien réelle.

Mais il y a aussi un message d’espoir et d’amour derrière tout ça.
Les yeux rieurs, les sourires, les rires, les endormissements après les prises en charge, les marques d’affection et les jeux de ses enfants sont une des plus belles choses qui m’est été donnée de voir et m’ont rempli le cœur d’amour et de chaleur.

Je crois donc que de toute cette expérience, le mot que je garde en tête est : l’espoir.
L’espoir pour ses enfants de s’en sortir, d’être soigné, éduqué, de trouver un foyer, une famille, un travail, de l’amour et de la joie.
L’espoir de continuer d’avoir des centres pour les accueillir et des adultes pour les protéger, les soigner, les accompagner et surtout les aimer.

En rentrant aujourd’hui je suis intimement convaincue qu’avec de l’amour, de l’altruisme et de la solidarité nous pouvons rendre ce monde meilleur.
Qu’avec de l’engagement, des convictions et de la générosité nous pouvons changer les choses et surtout nous aider les uns les autres.

Le Cambodge m’a rappelé à ma mémoire collective, celle où nous vivons tous ensemble sur cette même planète, que nos différences sont belles et nous enseignent à quel point il y a du bien dans chacun de nous, que nous sommes tous humains et que nous cherchons juste à vivre, chacun à notre façon.

Ne négligeons pas la force d’un sourire ou d’une main tendue. Nous pouvons tous à notre manière faire quelque chose pour aider notre prochain, en France ou ailleurs, et quelque soit le combat choisit cela en vaudra la peine.

J’espère, quant à moi, avoir apporté à ses enfants de quoi mieux respirer, mieux bouger, mieux s’exprimer ou de leur avoir permis de trouver des points d’appuis, des fulcrum pour grandir, évoluer et avancer sur leur chemin de vie. J’y y aurai appris que donner de soi c’est donner à l’autre la possibilité d’être lui et dans son entièreté.

Relevons nos manches pour faire de ce monde un endroit plus paisible pour tous.

Merci à Patrick, Agnès, Jacqueline, Xavier, Denis, Sylvie, Mireille, Florence, Dominique, Louis Pascal, Amelie, Bruno, Delphine et Olivier mais aussi Danith, Natacha, Charles et Nicole pour cette aventure qui marquera à jamais mon corps, mon âme et mon esprit.

Camille.

dolor. mattis Praesent ut porta. sed elit.